Après avoir discuté avec des recruteurs, et visité les salons de l’emploi surtout dans la région métropolitaine. Il est vrai que les employeurs ont des postes à pourvoir au sein de leur entreprise. Mais le problème est que la très grande majorité de ces postes à pourvoir sont des postes hautement spécialisés, ou sur des horaires de soir, de nuit, et sur quart rotatif jour-nuit, sans parler des heures supplémentaires pas obligatoires mais fortement conseiller. Avec les modifications apportées à l’assurance emploi par le gouvernement de Stephen Harper, ils disposeront d’une main-d’œuvre qui traditionnellement rejette ces conditions de travail.

Pour ajouter l’insulte à l’injure, le gouvernement de Pauline Marois annonce aussi une réforme de l’aide sociale. Brimant ainsi encore une fois, les droits fondamentaux d’une catégorie de citoyens. Et ce au profit du troisième et du quatrième pouvoir. Nous assistons par ces réformes, à la folie engendrer par la recherche du déficit zéro. Avec comme conséquence de propulser encore nos politiciens à des années-lumière de la réalité de leurs citoyens, et déjà nous nous demandons où ils sont rendus.

Mme Maltais, manquez-vous tellement d’originalité pour n’avoir que cela à offrir à votre peuple comme réforme de l’aide sociale. Une simple petite suggestion tirée d’un fait vécu pourrait peut-être raviver votre imagination. Un couple se sépare, comme il y en a tant au Québec. Mais la particularité de ce couple est qu’ils avaient fait le choix de n’avoir qu’un seul salaire, préférant offrir une présence continue à leurs enfants plutôt que deux salaires.

Suivant la séparation, le parent désormais monoparental, se retrouve le cul sur la paille. Sans emploi, avec les enfants à charge, comme premier réflexe va à l’aide sociale remplir une demande. Quel calvaire, la couleur et saveur de vos petites culottes était requis pour l’examen de votre dossier qui n’en finit plus. Avec en prime l’obligation d’aller consulter un avocat de l’aide juridique et ce sans même avoir commencé à faire le deuil de sa relation. S’ensuivent les téléphones aux autres départements gouvernementaux, au sujet des prestations fédérales et provinciales pour enfants.

Pendant que la machine gouvernementale se met en branle, la personne dépoussière son cv, angoisser par des lendemains difficiles pour l’estomac de ses enfants, elle se doit de réagir au plus tôt. Toujours pas question de faire le deuil de sa relation, autre chose à faire. Voilà qu’entre en scène nos bons employeurs et syndicalistes le cœur sur la main, prêts à aider cette personne en bon samaritain qu’ils sont. Cette personne s’apercevra très rapidement que dans les conditions actuelles de sa situation familiale (monoparentale), jumelé au fait qu’il y a un trou de quelques années dans son C.v. et bien elle devra aller travailler chez Tim Horton ou au McDonald’s afin de concilier travail-famille et faire ses preuves aux yeux d’éventuels employeurs qu’elle est une bonne travaillante, digne de confiance en procédant à une mise à jour de son C.v. Après un certain temps, elle pourra envisager retourner faire carrière dans le domaine dont elle possède déjà les aptitudes et formations requises, lorsque les enfants seront grands. Et surtout ne pas penser qu’il y a une forme de discrimination quelconque, un ‘chausson’ avec ça?
Après un examen rigoureux de sa situation financière, v`la tu pas nos chère fonctionnaire du ministère qui confirme qu’elle n’a plus une cenne et est admissible comme cliente. Reste à déterminer le montant alloué. Montant de base 604$ par mois ou la somme astronomique de 7248$ annuel. (Si je calcule bien, ça prend beaucoup de terroriste sociétaire communément appelé B.S. pour combler une seule prime de départ pour l’un de nos haut fonctionnaire, qui pour la plupart du temps sont aussi utile à la société l’un que l’autre, mais les primes sont politiquement correct.) Comme cette personne à fait preuve d’une honnêteté imbécile en déclarant l’arrangement pris avec son ex en guise de pension alimentaire, on fait le calcul suivant, du montant de base on soustrait le surplus de pension alimentaire quelle reçoit. Pour faire simple, une somme de 500$, moins 100$ par enfants (2) donc 200$. 500-200=300$, 604-300=304$ dollars de notre généreux ministère pour se Oussama québécois, a l’ arme de destruction massive que l’on nomme; vouloir s’occuper de ses enfants.

Non mais un peu d’humanisme pourrait être bénéfique dans ce cas, on peux-tu lui sacrer une petite patience de quelques mois voit un an maximum, je me trompe peut-être mais dans le terme aide sociale, on y trouve le mot ‘aide’. Permettre à l’être humain derrière le nom, tout d’abord de faire son deuil. D’aider ses enfants à le faire leur deuil, et ce dans un climat propice. Sans avoir à se soucier de voir un huissier cogner à sa porte, d’être sûr que sa famille pourra faire une transition adéquate, en douceur afin d’ajuster leur train de vie face à la nouvelle réalité. Il me semble que la situation est déjà assez dramatique, qu’on devrait éviter d’en ajouter et je préfère ne pas trop aborder les drames que cela peut engendrer.

Dite moi êtes-vous surpris d’assister à un spectacle tel que la commission Charbonneau, lorsqu’on constate qu’a la base même du filet sociale, on encourage la malhonnêteté et la détresse ainsi! Et tout ce que nous offre le P.Q. c’est de servir la même médecine que les conservateurs d’Harper, il n’y a pas seulement qu’au Québec que le terme blanc bonnet et bonnet blanc s’appliquent, fédéral-provincial aussi. Et il ose nous parler de souveraineté, de crée un pays, je suis d’accord mais pas à n’importe quel prix et surtout pas changer un bonnet blanc, pour un blanc bonnet! Et à la lumière de ce que l’on constate comme gouvernance, je ne suis pas convaincu du bien-fondé de former un nouveau pays. Un tel manque de bonne volonté, d’humanisme et de courage démontre très bien qu’ils n’ont pas l’intention de nuire au néolibéralisme et de remettre les étages du pouvoir dans le bon ordre.
Il aurait pu en presque une décennie dans l’opposition, aller sur le terrain, discuter avec le prolétariat, consulté les différents organismes de défense citoyenne, communautaire, dans le but de proposer une réforme digne de ce nom, proche des aspirations et revendications du peuple. Mais non au lieu de cela, encore la bonne vieille recette de s’attaquer aux plus démunis. Mme Maltais nous sert sa baguette magique, de combattre la pauvreté en accompagnant les clients de l’aide sociale dans une formule d’intégration à l’emploi, basé sur une formule moyenâgeuse de création de la richesse à tout prix sans oublier dans une atmosphère de développement durable. En omettant complètement la mission première d’un politicien, soit défendre les citoyens qui les élisent.
Elle ne fait que suivre à la lettre, les recommandations de la Banque Mondiale qui : . On considère qu’offrir un emploi à une personne est la manière la plus efficace de la sortir de la pauvreté, au lieu de la nourrir aux frais des autres, en lui inculquant la philosophie de la dépendance sociale.(1) De plus cette étude à été réaliser dans le cadre de l’aide internationale aux pays pauvres, et des impacts des travailleurs migratoires sur les populations locales. Ayoye, un copier-coller de la situation québécoise et canadienne. Vous êtes très proche de votre peuple, vous êtes véritablement à l’écoute de celui-ci, de leur aspiration, de leur revendication, de leur besoin. Et dans la conclusion du rapport, on y fait allusion vaguement à un nouvel ordre mondial, étrange non?
En proposant cette réforme, le gouvernement encore une fois ne fait que protéger des personnes fictives. Des entités qui doivent leur existence à un bout de papier du pouvoir judiciaire qui lui est une création de l’homme et ce au détriment d’humain fait de chair et d’os, dont leur existence est une création de la nature elle-même.

P.S. pour plus d’originalité au sujet de la réalité québécoise, consulter les différents organismes mentionner plus haut. Si cela vous intéresse évidemment. Il y a des membres très compétent, peut-être pas considérer comme les meilleurs par votre classe, mais pour le peuple ils le sont car ils possèdent trois qualités essentielles requises à tout bon dirigeant, soit du cœur, du courage et de l’altruisme. Trois éléments qui manquent cruellement à votre classe élitiste.

http://french.ruvr.ru/2013_03_04/Aide-au-pays-pauvres-il-faut-changer-les-regles/

Publicités